True Enough...

La vidéo suivante de Terrence McKenna fait partie de mes favorites.

Il s’agit d’une partie d’une conférence nommée “Taxonomy of Illusion” dans laquelle il s’attarde sur le concept de réalité. Et surtout, à quel point la réalité que nous percevons est dépendante de notre culture.
Les mots que nous utilisons ou la perception par notre société des objets qui l’entourent, influencent directement notre représentation de l’Univers.

Comme McKenna le souligne, le plus simple pour percevoir ce fait est encore de voyager. L’exemple qui me vient directement en tête est la façon dont notre civilisation s’est structurée autour de 4 saisons là où l’Asie du Sud-Est et articulée autour de 2. Il est facile d’imaginer à quel point un élément aussi fondamental a pu éloigner ces sociétés d’une vision commune de la réalité.

Le language est un autre élément fondamental de notre représentation du monde. Ainsi, par exemple en russe, la simple existence dans le vocabulaire de 2 mots distincts pour qualifier le bleu clair (goluboy) et le bleu foncé (siniy), rendent ces couleurs d’avantages distinctes que pour un français ou un allemand. (cf. Our Language Affects What We See - Scientific American).

Mais au delà de nos différence culturelles, je trouve la mise en perspective de notre vision encore plus forte lorsqu’elle est comparée à celle d’une termite. Notre compréhension du cosmos a beau nous sembler plus avancée, elle n’en reste pas moins la vision d’un singe à peine descendu de son arbre.

“Qui sommes nous pour prétendre connaître d’avantage que l’ombre de la vérité” nous dit McKenna. Avec son humour et son éloquence, il nous remet encore une fois gentiment à notre place. Non pas par cruauté, mais clairement dans le but de nous rappeler ce que nous sommes et où nous nous trouvons. Sans quoi, il nous sera bien difficile d’arriver un jour à bon port…

Thomas Vinet-Payot